1. Fabricants / Installateurs
  2. PartenaireSchüco
  3. Tout les articles
  4. [Chantier du mois] Le C2N de Saclay, nouveau temple de la recherche
Retour

Le C2N de Saclay, nouveau temple de la recherche

Le Centre de recherche en nanosciences et nanotechnologies de Palaiseau, conçu par l’atelier d’architecture Michel Rémon & Associés sur le plateau de Saclay, représente l’investissement le plus important du CNRS depuis 1973. Outil de travail rationnel et fonctionnel, ce bâtiment emblématique de la recherche française est équipé d’une façade respirante Schüco à haute performance thermique.

  • @ REMON Michel Architecture / SERGIO GRAZIA

  • @ REMON Michel Architecture / SERGIO GRAZIA

  • @ REMON Michel Architecture / SERGIO GRAZIA
  • @ REMON Michel Architecture / SERGIO GRAZIA
  • @ REMON Michel Architecture / SERGIO GRAZIA

La demande du maître d'ouvrage

Le C2N est né de la décision conjointe du CNRS et de l’Université Paris-Sud de fusionner et de regrouper sur un même site le Laboratoire de Photonique et de Nanostructures (LPN) et l’Institut d’Electronique Fondamentale (IEF). Le C2N a trouvé sa place au cœur du Campus Paris-Saclay sur le site du Quartier de l’École Polytechnique, pour devenir le plus grand pôle de recherche en nanosciences et nanotechnologies du territoire français.

Doté de la salle blanche la plus importante d’Europe (3 000 m²), le C2N est adapté aux contraintes techniques de la recherche. La stabilité totale des microscopes des chercheurs a été garantie par le bureau d’études acoustique et vibrations AVLS, qui a préconisé la construction de massifs antivibratoires spécifiques, intégrés aux fondations du bâtiment : les « mastabas ».

@ REMON Michel Architectures / SERGIO GRAZIA

Le concept architectural de l’atelier Michel Rémon & Associés développe une grande modularité des lieux, adaptée à l’évolution de la recherche. Face à l’exiguïté de l’espace constructible, l’architecte a misé sur la compacité des volumes et sur l’épure des lignes.

Impeccablement « propre », dédié à l’invisible matérialité du nanomètre, le C2N s’affiche comme un emblème de haute technologie. Ce formidable outil de travail capable de protéger les recherches contre les vibrations et les champs magnétiques offre également un espace convivial à la communauté scientifique. Comme une artère vivante, sa rue de la recherche réunit tous les laboratoires et la salle blanche. Ponctuée par des patios baignés de lumière, elle joue le rôle d’une « agora domestique » et apporte la sérendipité attendue par les chercheurs.

@ REMON Michel Architectures / SERGIO GRAZIA
Chiffres clés


Surface de plancher : 18 000 m2

Réalisation 2013 – 2018

Salle blanche (2 900 m² utiles), laboratoires et bureaux (6 996 m² utiles), salle de formation (214 m² utiles), locaux d’administration (1 485 m² utiles), locaux logistiques et maintenance (545 m² utiles), accueil (1 256 m² utiles), 232 places de stationnement.

le point de vue de l'architecte

Le plan de masse s’articule sur une figure de 5 barrettes de béton enchâssant la salle blanche, pièce maîtresse du bâtiment. Les barrettes se lisent depuis la rue, alternant boîtes posées au sol et boîtes suspendues sur la façade est, recouvertes de murs rideaux respirants. Les façades de verre sérigraphié et d’aluminium anodisé varient selon la teinte du ciel. La perception ambiguë de l’échelle du bâtiment fait perdre la référence à l’échelle humaine et renvoie au travail des chercheurs sur l’infiniment petit.

L’atelier d’architecture Michel Rémon & Associés s’intéresse depuis 30 ans aux univers complexes. Bâtiments d’enseignement supérieur, laboratoires de recherche, hôpitaux, centres R&D, équipements sportifs… répondent à la demande des grandes institutions et entreprises telles que le CNRS, Air Liquide, Airbus, l’Ecole Polytechnique, le CEA, l’Institut National de l’Energie Solaire. Il construit des bâtiments de recherche sur le cluster Paris-Saclay et les laboratoires de nanosciences de l’Université de Tel Aviv. 

La réponse technique de Schüco

Le système de façade SFC 85 respirante Schüco a été retenue par les concepteurs du C2N pour sa performance thermique exceptionnelle. Elle comprend

  • une surface VEC (verre extérieur collé) sérigraphiée qui nécessite une maîtrise particulière, reconnue par un pass du CSTB délivré à une cinquantaine de menuisiers européens seulement
  • une lame d’air intermédiaire équipée à certains endroits d’un store électrique et d’un système de filtre
  • un double vitrage intérieur

Hervé Michelet, Directeur de SOPRALU Orléans - partenaire Schüco qui a réalisé cette façade - rappelle que « L’épaisseur totale du vitrage atteint 20 mm et optimise la température intérieure d’environ 3°. Pour préserver cette performance, grâce au flux d’air généré à l’intérieur de la façade, nous devions obtenir une étanchéité parfaite. Un défi relevé par tous les corps de métier de notre entreprise impliqués dans cette réalisation. »

UNE OPERATION DE HAUTE PRECISION               

9 500 heures ont été nécessaires aux ateliers SOPRALU pour la fabrication des éléments composant les 1740 m2 de la façade vitrée du C2N. Les panneaux (140 kilos chacun) ont ensuite été installés en cinq mois sur une trame d’aluminium par 15 opérateurs, à l’aide de 4 nacelles. A chaque étape, une précision sans faille a été requise pour ne laisser aucune fuite d’air impacter l’isolation de la façade. La fabrication, l’assemblage et la mise en œuvre des éléments ont été parfaitement suivis et vérifiés. « Nous avons testé chaque élément équipé d’un store électrique avec un banc d’essai spécial. Le passage de câbles génère des points de fragilité que nous devions détecter et éliminer dès la sortie d’atelier. Ensuite, notre traque antifuites s’est intensifiée lors du délicat assemblage des cadres vitrés. Puis, au montage des panneaux sur l’ossature (elle-même réglée et étanchée), nous avons été intraitables sur l’efficacité des joints. Ce chantier complexe a mobilisé nos encadrants, très souvent présents sur les lieux pour garantir la qualité premium attendue par nos commanditaires. »